Coco CHANEL, une femme de caractère

 

    C'est le 19 Août 1883 que nait la petite Gabrielle Bonheur Chanel, qui sera plus tard connue sous le nom de Coco Chanel ou de Mademoiselle. Elle n'a pas une enfance facile et dès l'âge de douze ans, elle se retrouve orpheline après la mort de sa mère et la fuite de son père en Amérique. Elle est alors placée, avec sa soeur, dans une institution dirigée par une communauté religieuse. C'est là qu'elle s'imprégnera à vie de la rigueur ambiante, que l'on retrouvera, d'ailleurs dans ses futures créations.

    Elle grandit en chemisier blanc et jupe stricte, dans un univers où les jours n'ont pas de fin et où elle compte les heures. Elle prend conscience que si elle veut s'en sortir, elle ne devra compter que sur elle-même.

    Une fois sortie de l'orphelinat, elle s'essaie à la chanson dans des music-halls, car elle est fascinée par Mistinguett, star du moment. Le succès n'est pas au rendez-vous mais c'est cette expérience qui lui vaudra son surnom de Coco, tiré de l'une des chansons qu'elle interprète un soir : "Qui qu'a vu Coco dans le métro".

    C'est un homme qui va lui offrir un autre destin que celui des cabarets. Etienne Balsan, ancien officier, vient de décider de se consacrer aux chevaux de courses, et c'est à ce moment qu'il tombe sous le charme de Gabrielle Chanel. Il l'enlève et va lui faire vivre la vie de château. Durant un an, Gabrielle apprend les rouages de la haute société, mais la jeune fille n'a pas dix-huit ans et s'ennuie ferme dans ce monde d'adultes guindés. Elle prend la fuite. Durant cette année passée auprès de son officier, Mlle Chanel s'était mise à confectionner des chapeaux et autres accessoires. Mais son amant considérait cela comme un passe-temps sans importance. L'homme qu'elle rencontre, une fois sa liberté reprise, Arthur Capel, ne le prendra pas de la même manière et il lui offrira sa première boutique.

 

 

    Chanel Modes, 21 rue Cambon, est né, et sera à jamais le quartier général de Chanel. Mais elle n'en profitera pas tout de suite, car la guerre éclate et le couple est obligé de se réfugier à Deauville. C'est là que Coco fait ses premiers pas en tant que modiste en confectionnant des tenues pour les belles Parisiennes exilées, elles aussi, en Normandie. Mais guerre veut aussi dire restrictions: on a du mal à trouver les tissus adéquats aux toilettes raffinées prisées par la haute société. Coco Chanel n'en a que faire. Elle coupera ses robes dans le jersey...

    Elle confectionne des vêtements qui n'ont plus rien à voir avec les corsets en vogue à l'époque. Elle veut que la femme se sente libre de ses mouvements. C'est donc à Deauville que Chanel lance les "prototypes" de la nouvelle ligne qu'elle imposera plus tard. Coco Chanel devient un modèle; les femmes abandonnent gaines et corsets et doivent donc changer de silhouette et devenir aussi minces que Coco, afin de pouvoir porter élégamment ses toilettes.

    Mlle Chanel a décidé de célébrer la liberté et l'indépendance féminine. Faisant fi des critères de beauté de l'époque, elle n'hésite pas à se couper les cheveux à la garçonne! Elle devient "la première femme aux cheveux courts". En trois années, Chanel est  à la tête d'une véritable entreprise; elle emploie plus de trois cents couturières.

    Le succès est bien là, ce qui lui permet de rembourser totalement Arthur Capel. La jeune femme s'étant promis de ne jamais dépendre de quelqu'un  refuse toute attache financière. La seule chose qui manque à Coco Chanel, c'est le carnet d'adresses. C'est en se liant d'amitié avec Misia Sert, muse de Bonnard et de Vuillard, qu'elle y remédie. Cette femme avait senti que Mlle Chanel était un être à part qui méritait qu'on s'intéresse à elle, et elle lui ouvre donc les portes de la mondanité.

    1920-1939, presque vingt ans pendant lesquels Chanel assoit son empire. Le décès d'Arthur Capel la laisse seule et brisée. Elle noiera sa peine dans le travail; elle prend ses quartiers au Ritz et devient un véritable bourreau de travail.

    Déjà, Gabrielle Chanel a su imposer à l'univers de la mode sa conception singulière de l'élégance comme une allure libre, simple et confortable. C'est au détour d'une conversation avec le peintre José Maria Sert et son épouse ainsi qu'amie Misia, que l'idée d'un parfum à l'image de marque s'impose. Grande audace à une époque où couturiers et parfumeurs exercent des métiers bien distincts...

    Pourtant, c'est le produit vedette de la marque qui est en train de prendre forme. Gabrielle Chanel souhaitait un concentré de féminité, une fragrance hors des modes, incarnant une élégance intemporelle. Le prestigieux "nez" Ernest Beaux, ancien parfumeur de la cour du tsar, lui présenta deux séries d'échantillons numérotés de 1 à 5 et de 20 à 24. Séduite par les multiples facettes d'une senteur inédite et en totale contradiction avec celles mono-florales de l'époque, Mademoiselle choisit la cinquième fiole d'où le nom du célèbre parfum. Superstition oblige, il sera lancé le cinquième jour de mai, également cinquième mois de l'année. Coco Chanel affirmait que ce qui était à l'intérieur était beaucoup plus important que la flacon lui-même. Elle choisira donc un flacon tout simple et l'estampillera d'une étiquette noire et blanche. Comme le nom, le flacon épuré reflète la rigueur inhérente à l'esprit Chanel. La fragrance indémodable, la simplicité du nom et la sobriété du flacon garantissent à l'élixir universalité et intemporalité.

    Ainsi, elle lance le parum N°5, crée le costume de sport pour dame, met au goût du jour les faux bijoux. Les femmes trouvent dans les créations de Chanel un look différent de ce que les couturiers du moment proposent; elles y trouvent la liberté. Coco Chanel a beau habiller les plus grandes, elle préfère la société des artistes à celle des paillettes. Cocteau, Picasso, Darius Milhaud, Serge Lifar, Diaghilev et Stravinsky font partie de son cercle d'amis.

    Elle y redécouvre l'amour en la personne du poète Pierre Reverdy, qui lui fait découvrir le plaisir de la lecture. Mais la guerre la rattrape et elle part en Suisse. C'est de son exil qu'elle voit, impuissante, la mode changer et le "new-look" investir la garde-rode des femmes. Elle voit réapparaître tout ce contre quoi elle s'était battue ces vingt dernières années.

    C'est à soixante-dix ans que Coco Chanel décide de revenir à Paris et de réintégrer la rue Cambon. Sa première collection est un échec. Ceux qui l'adulaient sont ceux qui désormais la critiquent. Seule une journaliste du magasine ELLE la défend. Peu à peu, grâce aux acheteurs américains qui la plébiscitent et à une certaine presse féminine qui lui rend hommage, Coco Chanel retrouve l'approbation des femmes. C'est l'époque où les vêtements sont simples mais élégants. Chanel est copiée à tout va. Plus qu'une mode, elle a créé un nouveau style, une nouvelle façon de concevoir la féminité.

    Mais Chanel est encore une fois confrontée à l'Histoire. Après les deux guerres mondiales, c'est mai 68 qui modifiera son destin. Car pour la femme qui affirmait que les modes n'étaient bonnes que lorsqu'elles descendaient dans la rue, mais non quand elles en venaient, le choc est rude. La femme se fige, la créatrice devient plus dure que jamais et s'enferme dans son monde glacé fait d'essayages, de défilés, de mannequins et de courtisanes. Maigre et acariâtre, Coco Chanel est seule. Grand écart entre sa gloire professionnelle et ses blessures intimes jamais cicatrisées. Femme de fer, qui n'a jamais montré son désespoir et qui jusqu'au 10 Janvier 1971, travaillait, travaillait et travaillait encore...

 

    Elle s'éteint le 10 janvier, un dimanche, clin d'oeil du destin pour cette femme qui ne supportait pas ce jour dédié à la famille et au repos. Deux choses qu'elle détestait...

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×